À nos producteurs laitiers individuels

Lettre qui nous a été envoyée et que nous publions avec l'aimable authorisation de l'auteur

Messieurs; Vis-à-vis du métier très dur, Que vous ne prenez pas le temps de vous reposer De ne pas traire un matin, une fois de temps en temps,Où vous échapper de l’astreinte 2 -3 jours par ans;

Même avec le souci , qu’ il arrive quelque chose avec vos vaches, Si vous êtes dans une impasse;Si vous vous sentez , que vous ne pourrez pas faire face;Si vous avez vécu un rêve qui s’est brisé;Si un ancien traumatisme refait surface;Si vous croyez être malade, peur ou hantise du cancer;Si vous avez de mauvaises pensées;S’il vous plait parlé à quelqu’un , un frère , un médecin;Dites-le à votre bien aimé, vous avez le droit de pleurer;Ne garder pas cette souffrance,ce désespoir ;Ne mettez pas un terme à celle-ci;Car ceux que vous laissez, aurons les remords et de la culpabilité,toutes leurs vies de ne pas avoir vu.

Depuis un peu plus d’un mois, plus de mammite; moins de soins; Donc il rentrait plus tôt le soir , il était content; Les conjointes , si vous avez des crises d’angoisses et des drôles de pensées et vous ne savez pas pourquoi;Si des bouts de phrases, un mot, des réflexions, des questions; vous étonnent ! C’est-ce qui est arrivé la semaine précédente;J’avais des prémonitions, me posais des questions; je ne lui est pas dit ce que je ressentais, sauf pour l’angoisse Nous avions un prêt a moitié signé 3 jours avant , il donnait des conseils à des collègues pour une astuce; ça m’a aveuglée Le jour même , une tête blafarde ; j’avais peur , lui est dit;toi t’es fatigué Ila fait comme d’ habitude ; ça m’a trompée je voulais m’y prendre en douceur ,je n’ai pas eu le temps de lui demander ce qu’il lui arrivait

Messieurs, penser à vos enfants que vous chérissez et qui aiment leur papa, Que vous ne verrez pas grandir Et que vous, vous leurs manquerez à tout jamais Plus merci pour eux;Une maman qui pleure et qui s’en veut , car leur père n’a pas su se confier

 christine mouton

 article publié dans l'information du Rhône

 René était un passionné d'élevage et de génétique , travailleur acharné et reconnu par la profession et ce fût un choc pour tout le monde il a laissé 2 enfants en bas age qu'il adorait le jour même j'ai cru qu'il entrait en dépression dans un an un stagiaire venait s'associé avec nous le lait est mal payé quand on est vivant ; quand on décède l'exploitation le week end ils dorment le matin et la semaine personne après 17h. je dis toujours faut les invités un mois avec;femme et enfant et debout tous les matins pour qu'ils se rendent compte de notre vie déplorable par rapport aux autres où alors avoir des salaires équitables pour se payés un salarié pour se reposer et vivre